Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Archives

4 octobre 2012 4 04 /10 /octobre /2012 05:00

TGV 1253Les présidents Malvy, Cohen et Izard ont exprimé leur «satisfaction», hier, à l'issue d'une entrevue avec le ministre des Transports sur la LGV Bordeaux-Toulouse.

À la sortie du ministère des Transports, hier, Martin Malvy, Pierre Cohen et Pierre Izard se disaient «satisfaits». Les trois présidents (respectivement de la région Midi-Pyrénées, du Grand Toulouse et du département de la Haute-Garonne) avaient rendez-vous avec Frédéric Cuvillier, ministre délégué aux Transports, pour défendre le projet de ligne à grande vitesse (LGV) Bordeaux-Toulouse. L'annonce d'une commission sur les projets de transport a apaisé les inquiétudes.

Avant d'entrer dans l'hôtel de Roquelaure, à Paris, les élus attendaient pourtant des certitudes. «Il faut qu'il nous dise si c'est oui ou non», expliquait Pierre Izard.

Cet été en effet, plusieurs déclarations de ministres, dont Frédéric Cuvillier aux Transports et Jérôme Cahuzac au Budget- avaient jeté le trouble. Des grands projets seraient sacrifiés sur l'autel du redressement des comptes publics. La LGV Bordeaux-Toulouse en ferait-elle partie ?

Des priorités vont être dégagées dans six mois

Frédéric Cuvillier annoncera aujourd'hui en Conseil des ministres la création d'une commission en charge d'évaluer les projets en cours en matière d'infrastructures de transport.

Les investissements globaux s'élèveraient à 245 milliards d'euros sur 20 à 30 ans, fait valoir le ministère des Transports, dont le budget annuel est de 2 milliards d'euros.

Parmi les dossiers figurent 14 lignes TGV, dont quatre, déjà en travaux, ne seront pas arrêtées. Bordeaux-Toulouse fait partie des dix autres. Des priorités devront être dégagées au début de l'année 2013.

MM. Malvy, Izard et Cohen ont alors martelé leurs arguments. «Nous avons toujours considéré que c'est un itinéraire unique, Tours-Bordeaux-Toulouse», souligne le président de Midi-Pyrénées. «Notre projet est déjà entamé», renchérit Pierre Izard. «Nous avons fait le plus dur : le tracé», complète le maire de Toulouse.

Le ministre a estimé que la ligne Bordeaux-Toulouse avait «un certain nombre d'atouts», ont relaté les participants à la réunion. «Il nous a rassurés sur l'avancement du projet» ont-ils ajouté.

Les études données par Réseau ferré de France (RFF) doivent aboutir à l'enquête d'utilité publique, toujours prévue pour 2013, avec une déclaration d'utilité publique l'année suivante. La LGV Bordeaux-Toulouse reste sur les rails.


Des arguments

Les élus ont notamment exposé trois arguments devant le ministre. La rentabilité économique de la LGV Tours-Bordeaux-Toulouse est supérieure à de nombreux autres projets français. Elle constitue un seul et même projet et est engagée grâce au financement des collectivités de Midi-Pyrénées. Enfin, Toulouse et la région doivent être nécessairement desservies par la LGV à l'horizon 2020.

La Dépêche du Midi

Partager cet article

Repost0

commentaires