Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Archives

10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 06:11

TGV_1072.jpgC'est une nouvelle bataille du rail qui s'engage dans le Lot. Comme nous l'indiquions dans notre édition d'hier, la suppression du TER Cahors-Brive de 17 h 30, tous les jours sauf le vendredi? soir, suscite incompréhension et colère. Hier soir, à l'initiative de l'association Tous ensemble pour les gares (TEPLG), célèbre pour son long combat pour obtenir le rétablissement de 13 des 15 arrêts supprimés sur le TEOZ Paris-Toulouse, une conférence de presse s'est tenue en gare de Cahors avant de rejoindre, le gros de la troupe, sur les quais de la gare de Degagnac, comme vendredi dernier. L'objectif est clair: «garder impérativement le TER Cahors-Brive, avec les arrêts à Dégagnac et Gignac-Cressensac». Hier soir, devant la gare de Cahors, Robert Darnis, le vice-président de l'association et ses amis ont tenu à montrer leur détermination: «On veut nous imposer, avec le cadencement, un désert ferroviaire. C'est inacceptable. Comment vont faire, les salariés, lycéens et étudiants pour rentrer chez eux sans TER?».

Ce cadencement, qui entre en vigueur dès lundi promet une sacrée pagaille sur le réseau ferroviaire. Mireille Pabois, travaille à la mairie de Cahors. Tous les jours elle prend le train à Dégagnac. Aujourd'hui , elle ne décolère pas : « Dégagnac n'existe plus. On avait un train que tous les collégiens et lycéens prenaient le lundi à 6 h 46 pour arriver à l'heure . Tous les jeunes ne pourront pas le prendre pour retourner chez eux. Veut-on sacrifier les petites communes ?» .

La Dépêche du Midi

Partager cet article
Repost0

commentaires