Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

18 octobre 2013 5 18 /10 /octobre /2013 18:08

Elisabeth Pouchelon 06Après de nombreuses contestations en mai dernier, l’UMP 31 relance son « service de soutien scolaire » pour l’année 2013-2014. Douze jeunes bénéficiaires ont reconduit leur participation à ce dispositif qui s’inscrit dans la « révolution civique » voulue par Jean-François Copé. A terme, la section haut-garonnaise compte accueillir dans son action une trentaine de jeunes, de la maternelle au lycée, au sein de son local, rue Gabriel Péri à Toulouse.

 

L’idée d’une mise en place d’un «service de soutien scolaire» par l’UMP 31, en mai dernier, avait fait grincer les dents notamment de personnalités de gauche et des associations toulousaines. Cela a été un «emballement médiatique bien malgré nous», relève Elisabeth Pouchelon, conseillère régionale d’opposition et déléguée UMP de la 9e circonscription. Cette idée de soutien scolaire, elle l’avait déjà imaginée durant les législatives de 2012. Il aura fallu que Jean-François Copé enclenche, en avril dernier, son plan de «révolution civique» pour l’idée de soutien scolaire reprenne vie.

Mardi 15 octobre, la conseillère ainsi que Pierre-Louis Cros et Jean-Michel Fourtanier, deux militants impliqués dans le projet, ont dressé un premier bilan face à la presse.

Cette initiative est partie du constat selon l’élue qu’ il existait des «quartiers oubliés, confrontés aux difficultés de dialogues et de compréhension. Comment alors aider les gens de ces quartiers ?» Plutôt que de choisir «la politique politicienne», le soutien scolaire était une de ses solutions à l’échelle de sa circonscription. Ce «service de soutien scolaire» existe déjà dans une vingtaine de départements dont Marseille ou Clermont-Ferrand.

Démarche de solidarité

«Nous n’avons pas l’intention de faire concurrence à Acadomia», déclare Jean-Michel Fourtanier dans un rire non dissimulé. Ce dernier a été l’instigateur d’une charte de fonctionnement qui encadre le «service de soutien scolaire». Selon Elisabeth Pouchelon, «il y a de la place pour tout le monde. Toutes les structures [de soutien scolaire] ne peuvent pas faire face aux demandes des familles. Notre service est entièrement gratuit et bénévole, il repose sur une démarche de solidarité».

Dans une intiative qu’elle considère «purement altruiste», l’UMP 31 a déjà «séduit» moins d’une quinzaine de jeunes l’année dernière. Douze jeunes de la classe de maternelle à la terminale ont décidé de refaire appel aux services de l’UMP pour cette nouvelle année scolaire.

A raison de trois séances par semaine, le mercredi après-midi et le samedi matin et après-midi, avec deux créneaux d’une heure, le «service de soutien scolaire» compte accueillir 30 nouveaux candidats. Douze jeunes «au maximum» seront intégrés par séance et chacun d’entre-eux, sauf exception «lorsqu’il s’agit d’une fratrie ou de deux candidats issus d’une même classe» aura un seul référent.

 

Pierre-Louis-Cros.jpgMais qui sont les bénéficiaires et les bénévoles?

«On veut rendre service à nos adhérents, sympathisants ou à des personnes – c’est les deux tiers des cas – que nous ne connaissons pas», analyse Elisabeth Pouchelon. Selon Pierre-Louis Cros, jeune UMP, responsable de «la logistique, planning, mise en relation», les jeunes résident «parfois dans les quartiers comme Papus ou Bagatelle». «Des enfants issus de l’immigration pour parfaire le français. Nous avons aussi des enfants du centre-ville, on a de tout ! », conclut l’élue régionale.

Côté bénévole ou «référent» d’après la qualification choisie par l’UMP, la plupart d’entre-eux sont des enseignants, parfois à la retraite, et dont le tiers ne seraient «ni encartés, ni sympathisant UMP» mais «venus par le bouche à oreille». Ils viendraient faire «face à la demande qui est parfois spécifique» comme les maths, la physique-chimie et selon le niveau scolaire. Un appel a été lancé au sein de l’UMP au départ, il s’élargit dès à présent en dehors du parti.

«Les parents n’ont jamais été surpris, on a jamais vu quelqu’un repartir en disant ‘Tiens, je ne savais pas que c’était à l’UMP !’. C’est très clair et transparent »,  veut rassurer Elisabeth Pouchelon. Une évaluation anonyme de ce service sera adressée aux élèves, familles et référents. Dans un premier temps pour ceux qui étaient là l’année précédente et une autre sera réalisée dans trois mois pour les nouveaux inscrits. Le service de soutien scolaire va s’exporter à Castres, courant janvier.

Carré d'Info

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP 31
commenter cet article

commentaires

samire 26/05/2015 21:51

soutien scolaire paris - Formaleo leader dans le soutien scolaire et les cours particuliers à domicile de qualité pour enfants, adolescents et adultes dans toutes les matières,