Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Archives

23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 07:00

moudenc-42.jpgLeader d'une des deux branches de l'opposition municipale de droite à Toulouse, Jean-Luc Moudenc (UMP) a lui aussi été attentif à la venue de Jean-Louis Borloo, président de l'UDI, à Toulouse. Et s'il a entendu l'appel au rassemblement - un rassemblement dont il dit être le promoteur depuis toujours-, il adresse à son tour deux «mises en garde. «Que l'UDI ait de l'ambition à Toulouse tant mieux, mais cela ne doit pas conduire à la confusion et à la division», avertit l'ancien maire à l'occasion des vœux à la presse hier. Et «il ne faut pas perdre le sens des réalités : la base électorale de l'UDI, c'est 3 %», tranche-t-il au vu des législatives.

Pour autant, Jean-Luc Moudenc «plaide pour une liste commune. Si on est d'accord sur le projet, on sera d'accord à 90 % sur le rassemblement.» Quant à la tête de liste, il estime qu'elle sera décidée lors d'«un accord sur les grandes villes». Et il rappelle qu'il est d'accord pour une primaire.

Jean-Luc Moudenc a ironisé sur les visites de terrain du maire de Toulouse. Comme il a ironisé sur l'étiquette droite dure qui lui est apposée. «Je suis un homme de centre droit», assure l'élu qui se revendique de «l'école baudisienne». «Aujourd'hui au Capitole, on a un dogmatisme de gauche. Je ne veux pas demain d'un dogmatisme de droite.»

À la veille du conseil municipal, il a enfin trouvé «anormaux» les chiffres du recensement : «651 Toulousains de plus en 2009». La faute, selon lui, à la mairie qui mobilise «des moyens inadéquats avec 65 % de vacataires.» Jean-Luc Moudenc formule deux vœux : que les vestiges du square du Capitole soit visibles. Et que Toulouse célèbre le 800e anniversaire de la bataille de Muret.

La Dépêche du Midi

Partager cet article
Repost0

commentaires