Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Archives

3 décembre 2011 6 03 /12 /décembre /2011 08:18

Gregoire-01.jpgCette fois-ci, le maire de Castelginest sera au rendez-vous. Grégoire Carneiro ne cache plus en effet son intention de se présenter aux législatives de 2 012. Étiqueté UMP, il doit cependant affronter, en interne, une autre candidate, Geneviève de Cazaux, et devra donc attendre le début de l'année pour connaître le choix que fera son parti. Mais déjà, ce chiraquien qui voue un culte à l'ancien Président, confie qu'il est prêt à « mener une vraie bataille pour la victoire ». Élu député en 1993, Grégoire Carneiro avait fait les frais de la dissolution insufflée par Juppé à Chirac, et perdu son mandat. Ce qui avait profité à la socialiste Françoise Imbert, élue depuis. C'est elle également, qui en 2002, lui avait infligé une défaite qu'il digérera cependant assez vite pour se consacrer pleinement à la vie locale et plus particulièrement la mairie où il a « trouvé un vrai terrain de prédilection ». Très attaché aux problèmes liés à l'insécurité, Grégoire Carneiro en a toujours fait un cheval de bataille tout en développant divers projets dans cette commune qui pèse désormais dans la communauté urbaine. Systématiquement contesté par l'opposition, décrié par certains maires des communes alentours, l'homme avance malgré tout, et compte bien atteindre l'Assemblée nationale convaincu « que cette fois-ci, cette élection pourrait bien ne pas être pour la gauche ». Chacun sait cependant, que rien n'est écrit tant que l'on ne connaît pas le nom du futur président de la République…

Le maire le Castel'ne l'ignore pas. Comme il sait que la priorité est aujourd'hui de devancer Geneviève de Cazaux devant les instances nationales de l'UMP. « J'ai acquis au fil des ans une expérience de rigueur de gestion et connais aussi le terrain. Je pense avoir mes chances… » explique-t-il. Il ajoute également : « Notre commune se porte bien parce que nous gérons les dépenses correctement. C'est un gage pour l'avenir qui ne nous fera pas de cadeaux sur le plan financier. Une fois les pieds à Paris, il faut avoir le regard tourné vers notre région et défendre ses intérêts, c'est un impératif. On va avoir besoin de gros projets. Aujourd'hui j'ai la conviction de pouvoir faire ce travail. Mais mon autre force, c'est que je ne galope pas après ce mandat. Si je ne suis pas élu, ce n'est pas grave, je continuerai à être maire comme je le suis aujourd'hui… ». Voilà une sage pensée. Mais notre petit doigt nous dit qu'en cas de défaite face à l'autre candidate, le maire de Castelginest ne baisserait pas les bras.

A ce jour, si Grégoire Carneiro ne confirme pas la possibilité de se mettre en congé de son parti pour « rouler seul », il n'infirme pas non plus cette hypothèse préférant donner rendez-vous au mois de janvier pour débattre sur le sujet.

La Dépêche du Midi

Partager cet article
Repost0

commentaires