Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Archives

18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 07:36

moudencChacun a en tête le discours en deux points que nous serine depuis deux ans le Parti socialiste à propos des réformes des collectivités locales et de la taxation locale des entreprises : l’Etat aide de moins en moins les collectivités, les collectivités vont donc avoir de moins en moins de moyens pour investir.

Et, comme ces réformes sont techniquement complexes, touchent à des matières auxquelles les Français sont peu familiers et que leur adoption s’est étalée longuement dans le temps, le message de l’incompréhension est le seul à être véritablement passé.

Et quand l’incompréhension s’installe, l’inquiétude n’est jamais loin !

Avec le début de l’année 2011, nous quittons la période transitoire et celle des discours: ces réformes s’appliquent pleinement et, loin des postures politiques qui ont alimenté les débats ayant émaillé leur adoption, nous voici tout à fait dans la réalité de leur mise en œuvre. La Communauté urbaine du Grand Toulouse, collectivité ô combien importante désormais, s’est dotée d’un budget dont je vous invite à connaitre plusieurs chiffres-clé permettant de juger de l’impact réel, ici, chez nous, de ces réformes tant discutées voire décriées par certains.

Ainsi, dans les recettes de ce budget, les compensations financières de l’Etat, loin de reculer, passent de 101,8 à 146,8 millions d’euros, soit une progression de 44%, essentiellement pour que l’allègement de l’impôt sur les entreprises ne vienne pas priver la collectivité des moyens pour mener à bien ses projets. De même, au chapitre des investissements, on constate une progression significative : 254 millions d’euros au lieu des 181 de l’an dernier.

A l’occasion des débats sur les réformes en question, beaucoup d’élus avaient rappelé avec juste raison que les collectivités territoriales finançaient les trois-quarts des investissements de notre pays, véritables moteurs de la croissance économique et de la création d’emplois. Ici, ils ont été entendus.

Bien sûr, la vigilance des élus communautaires toulousains quant à l’application concrète chez nous des réformes récentes ne doit en rien diminuer au cours des années à venir. Mais, pour l’heure, le constat objectif est fait dans notre agglomération : l’Etat ne diminue pas ses aides, le budget d’investissement augmente. Le budget 2011 du Grand Toulouse dément le discours alarmiste, en vérité très politique, que nous ont servi, à la manière d’un disque sans fin, les élus du Parti socialiste.

 

 

 

 

 

Jean-Luc MOUDENC
Maire de Toulouse de 2004 à 2008
Président du Groupe d’Opposition municipale “Toulouse pour Tous”

 

Partager cet article
Repost0

commentaires