Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 06:49

gallois.jpgLa balle est dans le camp de l'exécutif. Le commissaire général à l' Louis Gallois a remis lundi à Matignon son rapport sur la compétitivité, dans lequel il propose «22 mesures principales» pour «enrayer le décrochage de la France», dont une baisse de 30 milliards d'euros des cotisations sociales pour les entreprises.

Un transfert vers l'impôt d'une partie des cotisations sociales que l'ancien patron d' a qualifié de «choc de compétitivité», et même de «choc de confiance».

Dans un pays où les parts de marché à l'échelle mondiale ont chuté de 6,3% en 1990 à 3,3% en 2011, ce rapport commandé en juillet dernier a laissé les syndicats dubitatifs quant à l'utilisation de cette manne par les entreprises, voire inquiets pour le pouvoir d'achat, mais été unanimement salué par le patronat, le Medef y voyant même «une étape décisive vers un big bang économique salvateur». Jugé trop libéral par les extrêmes, ce rapport a en revanche reçu l'approbation de la droite, qui suspecte néanmoins le gouvernement de ne pas avoir le «courage» de suivre les recommandations de Louis Gallois.

Car il va désormais falloir passer à l'acte, pour le gouvernement, qui doit annoncer ce mardi des «décisions fortes». Or, selon plusieurs sources anonymes interrogées par Le Point et l'Agence France-Presse, il ne suivra pas la principale recommandation Gallois sur le transfert des cotisations, lui préférant un crédit d'impôt de 20 milliards d'euros pour les entreprises, indexé sur la masse salariale qu'elles déclarent en France. Une autre proposition, la reprise de la recherche sur les gaz de schiste en France a d'ores et déjà été rejetée par le gouvernement.

>A lire: le rapport Gallois en PDF

Retrouvez les réactions à la remise du rapport Gallois, lundi :

22 heures. Le gouvernement tenté par 20 milliards de crédits d'impôt.
Sur son site internet, l'hebdomadaire Le Point affirme que le gouvernement ne suivra pas la recommandation Gallois sur le transfert des cotisations. Sans dévoiler ses sources, le magazine affirme que l'exécutif choisira d'octroyer un crédit d'impôt aux entreprises se traduisant par une baisse des cotisations sociales de 6% sur les salaires compris entre 1 et 2,5 fois le Smic, ce qui représenterait un total de 20 milliards d'euros. Une information confirmée à l'AFP par une source officieuse. Pour financer cette dépense, toujours selon Le Point, le gouvernement économiserait 10 milliards d'euros sur le budget 2014 de l'Etat et des collectivités. Mais surtout, il augmenterait légèrement le taux principal de la TVA de 19,6% à 20%.

21 heures. Raffarin salue un rapport dépassant les clivages. Dans un tweet, l'ancien Premier ministre UMP estime que le rapport Gallois dépasse les clivages droite-gauche. «Libéral et girondin il est aussi social et régalien», estime Jean-Pierre Raffarin.
Le Parisien

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans France
commenter cet article

commentaires