Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

23 avril 2013 2 23 /04 /avril /2013 06:32

fronton-01.jpg10 millions de pages A4. C'est le nombre de feuilles papier que brassent tous les ans pour leurs recettes et leurs dépenses les collectivités de la Haute-Garonne. A l'heure du développement durable, mais également des économies, les chiffres font désordre. Mais bonne nouvelle, il est en voie de régression. Voire de disparition. Cela, via une technique qui lentement prend son envol : la dématérialisation de toutes ces pièces justificatives. Certaines communes ont déjà progressivement emboîté le pas, telles que Castelginest ou Montberon, mais à Fronton, on a carrément fait le grand bond avec une dématérialisation globale. C'est une première dans le département, saluée, hier, en mairie, par l'ensemble des acteurs de cette mini-révolution, avec en tête, Marie-Hélène Champagnac, maire, et Hervé Le Floc'h-Louboutin, directeur régional des Finances publiques, et du Département.

12 000 feuilles en moins

Sécurité, délais de paiement et consultations plus rapides… la transition du «print» vers le «net» permettra à la ville de faire l'économie de 12 000 feuilles A4. A ce jour, les payes, emprunts, mais également le paiement des produits locaux sont gérés ainsi. «Il y a un gain de temps inéluctable et une belle économie réalisée. Nous sommes très fiers de franchir ce pas. Cela prouve bien le dynamisme de Fronton», s'est félicité Marie-Hélène Champagnac. De son côté, le directeur des Finances publiques a salué «le travail fait avec cette ville mais aussi toutes les autres. Il s'agit de basculer dans un autre monde mais cela se passe bien». Et de parler lui aussi d'économie réalisée en citant les «32 millions de feuilles A4 qui sont utilisées chaque année en Midi-Pyrénées et qu'il ne sera plus nécessaire d'acheter». Adieu la paperasse, donc, et les montagnes de dossiers à multiples exemplaires (enfin !), place à la gestion sur logiciel. Pour cela, les agents se sont vus équiper d'un deuxième écran (issu de la écup !) qui complète le leur et élimine les tonnes de chemises et feuilles.

Mais si la dématérialistion concerne surtout les collectivités, à Fronton, elle permet déjà également aux administrés de régler ainsi la cantine. Un début. Car dans peu de temps, «ce sera pareil pour l'eau, le portage des repas, ou encore l'assainissement», ajoute-t-on à la mairie. D'autres communes comme L'Union, Saint-Alban, selon la direction des Finances publiques, devraient adhérer, avant l'été, à cette formule. La métropole passera après. Mais plus que Fronton, ici précurseur, c'est tout le nord du département qui montre une nouvelle fois sa volonté de ne plus être à la traîne en quoique ce soit. Et encore moins en terme d'écoresponsabilité, registre dans lequel une longueur d'avance a même été prise.


Le chiffre : 5 500

Euros > Investis par la ville. C'est le coût moyen annoncé pour basculer vers la dématérialisation totale. Cette somme est dépensée dans un copieur scanner, la formation, paramétrages, etc.

La Dépêche du Midi

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Fronton
commenter cet article

commentaires