Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

18 octobre 2013 5 18 /10 /octobre /2013 17:25

TGV 150«Beaucoup de bruit pour rien, mais il se passe bien des choses en coulisses.» C’est la vision d’une poignée d’opposants à la ligne à grande vitesse (LGV) qui ont fait le déplacement en milieu de semaine dernière à Paris, pour le colloque Eurosud.

«Il faut aussi entendre les nombreux doutes exprimés sur l’opportunité de la LGV quant à son financement et son coût ainsi que sa classification en tant qu’axe européen

[…] . Citons Alain Rousset qui a manifesté un enthousiasme on ne peut plus mesuré concernant le choix de la Bordeaux-Toulouse et conteste même la rentabilité de cette LGV significativement moindre que celle de Bordeaux-Hendaye. Il va, même, en affirmant que RFF aurait forcé la plume de la commission Mobilité 21 pour la choisir. Y aurait-il de l’eau dans le gaz entre Aquitaine et Midi-Pyrénées ? Surtout que la Commission européenne a déclaré que les seuls couloirs retenus et financés par Bruxelles étaient le couloir atlantique et le méditerranéen. Quelques grincements de dents dans la salle quand le directeur général de la SNCF réaffirme une position déjà émise par Guillaume Pepy, que la priorité n’était plus les LGV mais la rénovation des lignes existantes fréquentées par plus de 90 % de voyageurs. Réseau Ferré de France (RFF) a d’ailleurs précisé et réaffirmé ce qu’il avait dit l’an passé à Toulouse : que contrairement à ce qu’affirment les hérauts midi-pyrénéens, il ne faut attendre aucun développement économique par les LGV.»

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article

commentaires