Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Archives

29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 09:03

conseil-general-03.jpgC'est une assemblée départementale inédite qui sera installée jeudi au conseil général.

Féminisé. Jamais autant de femmes avaient été élues. Au total, elles seront quatorze à siéger dont cinq de plus par rapport à 2008 : trois au Parti socialiste (Pruvot, Cabessut, El Kouacheri) et deux soutenues par l'UMP (Courtois, Larrieu). « Elles sont toutes d'excellente qualité » a commenté dimanche soir le président sortant, Pierre Izard.

Vert. Le PS pensait que l'écologie au conseil général se limiterait à quelques déclarations d'intention dans le programme de la gauche. Mais Patrick Jimena, sur le canton de Toulouse XIII, a déjoué tous les pronostics. Et voilà le premier écolo dans l'histoire du conseil général de Haute-Garonne !

Communiste. Philippe Gimenez (Saint-Martory) est le deuxième PCF-Front de gauche élu avec Patrick Boube (Aurignac). ça n'était plus arrivé depuis une trentaine d'années.

Diversité et égalité. Zohra el Kouacheri, 46 ans, est la première femme originaire du Maghreb à entrer au conseil général. Cette militante associative, habitant Le Mirail, succède à Claude Touchefeu sur le canton de Toulouse 12.

Rajeunissement. Jennifer Courtois, 25 ans à peine, apporte un vent de jouvence depuis son canton de Rieumes. Jimena, Duclos, El Kouacheri, Cabessut ou Gimenez, parmi les nouveaux élus, ont tous moins de cinquante ans.

Indépendants. Brunet (Cintegabelle), Duclos (Saint-Gaudens) et Larrieu (L'Isle-en-Dodon) n'appartiennent à aucun parti politique.


Jennifer Courtois (SE), 25 ans Rieumes

À 25 ans, Jennifer Courtois-Périssé fera son entrée jeudi dans l'hémicycle en tant que benjamine de l'assemblée départementale. Pour sa première tentative dans un scrutin local, elle s'est projetée dans une campagne de proximité sans jamais revendiquer d'étiquette politique… même si elle a reçu le soutien de toutes les formations de la droite parlementaire qui aujourd'hui récupèrent à leur compte ce succès. Issue d'une famille dont plusieurs générations ont marqué la vie économique du Savès, la nouvelle élue s'est engagée avec l'ambition d'apporter un souffle nouveau sur une scène politique rieumoise déchirée entre formations de gauche sur fond de crise municipale. Après une enfance liée au canton, la jeune fille a travaillé au ministère de l'économie comme chargée de mission auprès de Laurent Wauquiez, alors secrétaire d'État à l'emploi. Elle a depuis octobre 2010 intégré le groupe familial spécialiste en immobilier comme directrice du développement. Elle réhabilite la maison de ses grands parents à Rieumes où elle a promis d'y élire domicile. Autre promesse ; ne pas solliciter d'autre mandat. Et pour cause, elle milite au sein de l'association « un homme une voix ».

Jean-Pierre Roland


Patrick Jimena (Verts), 47 ans Toulouse 13 (Colomiers)

Patrick Jimena a réussi le coup de force de battre le candidat du PS, sur ses propres terres. Il devient le premier élu Europe Ecologie-Les Verts au conseil général de la Haute-Garonne. Colomiers, bastion socialiste depuis des décennies, a vacillé et s'est laissé convaincre, à 51,47 % des voix, par ce directeur d'association d'insertion, très ancré dans les quartiers populaires. Lui-même enfant de la cité des Fenassiers, Jimena a réalisé une campagne qu'il qualifie d'« artisanale », représentant d'une gauche des « citoyens » face à une gauche des « appareils ». Pourtant, face à Christophe Bégué, adjoint au maire de Colomiers Bernard Sicard, le pari était loin d'être gagné. Avec 1 983 voix de retard au 1er tour, Jimena y croyait pourtant. « Notre score est historique, nous allons gagner », déclarait-il dès le 20 mars au soir. Une prophétie réalisée dimanche soir.

Au terme d'une campagne féroce, qui laissera des traces, Patrick Jimena se veut « rassembleur », déjà au fait des compromis de la vie démocratique. « Il y a des gens avec qui je vais m'entendre au conseil général. Pour le bien de tous. »

Cyril Doumergue


Jean-Yves Duclos (SE), 40 ans Saint-Gaudens

À 40 ans, Jean-Yves Duclos a, déjà, une longue expérience. Le nouveau conseiller général du canton de Saint-Gaudens est maire de Villeneuve-de-Rivière depuis 10 ans, vice-président de la communauté de communes du Saint-Gaudinois dont il vient de démissionner et depuis mars 2005, président du syndicat des eaux de la Barousse Comminges Save, un des plus grands réseaux d'adduction et de distribution d'eau potable français qui réunit 247 communes des départements de Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Gers. Reconnu pour ses qualités de gestionnaire, Jean-Yves Duclos a fait ses premiers pas en politique au côté de l'ancien député maire de Saint-Gaudens Pierre Ortet comme employé territorial et bénéficie des conseils de François Fortassin, son vice-président du syndicat des eaux de la Barousse, sénateur des Hautes-Pyrénées. S'il ne cache pas sa « sensibilité de gauche », Duclos s'est présenté sans étiquette à ces cantonales « dans un souci de rassemblement. » Pour expliquer les raisons de sa nette victoire 60,05 % face au conseiller général sortant, le maire de Saint-Gaudens Jean-Raymond Lépinay, il répond : « Disponibilité, proximité, travail ». Jean-Jacques Dard


Zorah El Kouacheri (PS), 46 ans Toulouse 12

Elle est la première femme originaire du Maghreb à entrer au conseil général de Haute-Garonne. Zohra El Kouacheri déteste le mot diversité : « Comment détermine-t-on la diversité ? Par mon faciès ? L'appartenance à un quartier ? Je me suis présentée au nom du militantisme associatif. Je suis d'origine algérienne mais à aucun moment je n'ai fait état de mon appartenance à une communauté ; je suis une élue de la République ». Habitant le quartier du Mirail depuis une vingtaine d'années cette jeune grand-mère de 46 ans, secrétaire de profession, a adhéré au Parti socialiste il y a quinze ans. « J'ai voulu apporter ma pierre à l'édifice. » Elle a surtout milité dans des associations de quartier, contre les discriminations, pour l'éducation et l'insertion. Elle veut susciter « une passerelle entre la faculté du Mirail et les quatre collèges du canton ». Qu'apporter de plus aux collégiens des zones d'éducation prioritaire ? « Leur donner l'envie de continuer, la motivation pour aller plus loin. Si j'y arrive, je serai très fière… » Première pensée au soir de son élection ? « On se rend compte de la charge de travail à accomplir. On se demande si on sera à la hauteur. » Zohra El Kouacheri est une femme déterminée : « Quand on prend des engagements, il faut aller jusqu'au bout » tranche-t-elle. Sébastien Marti

La Dépêche du Midi du 290311

Partager cet article
Repost0

commentaires