Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

5 juillet 2013 5 05 /07 /juillet /2013 06:34


Déclaration de Jean-François Copé par ump

 

Le Conseil constitutionnel a décidé de rejeter les comptes de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy.

Il s'agit d'une décision grave puisqu'elle a pour conséquence de priver le premier parti d'opposition républicaine des moyens d'exercer sa mission au service de la démocratie française.

Afin que les Français soient pleinement informés de ce dont il s'agit, je veux préciser la chose suivante : le fait d'un dépassement – que par ailleurs nous avons contesté – de 400 000 euros sur un budget total de 22 millions a pour effet de priver l'UMP de 11 millions de dotations publiques.

J'entends certains commencer à évoquer l'idée que l'UMP, étranglée financièrement, ne pourrait plus continuer à faire entendre sa voix au service des Français, qu'elle ne pourrait plus dénoncer la politique de la gauche qui détient désormais tous les pouvoirs, qu'elle ne pourrait plus proposer un chemin d'espérance pour la France.

Et bien, je veux dire ce soir que la voix de l'UMP ne s'éteindra pas.

J'appelle les militantes et les militants qui, depuis tant d'années, s'engagent sur le terrain au milieu des Français pour promouvoir les valeurs qui sont les nôtres.

J'appelle les sympathisantes et les sympathisants qui chaque jour s'engagent plus nombreux à nos côtés.

J'appelle aussi les Françaises et les Français qui ne partagent pas forcément toutes nos idées mais qui considèrent indispensable, vital même, vital, qu'un grand parti de droite et du centre s'attèle à préparer l'avenir des enfants de France, à répondre à la grande souscription nationale que je vais lancer dès lundi afin de barrer la route à celles et ceux qui ne rêvent que d'une chose : voir l'espace politique français monopolisé par la gauche et par les partis extrémistes.

Je me suis entretenu dès cet après-midi avec Nicolas Sarkozy de cette situation. Nous sommes convenus ensemble que face au péril, il appartenait à notre famille politique de faire bloc, comme cela doit être le cas dans tous les moments d'épreuves.

Je réunirai en début de semaine prochaine le bureau politique et l'ensemble des parlementaires de l'UMP pour évoquer la situation ainsi que les conditions de mise en œuvre de cette grande souscription nationale.

Vous l'avez compris, l'heure est à la mobilisation, au rassemblement et au courage.

Vive la République et vive la France.

Contenus liés: 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article

commentaires